Published on Sep 20, 2017

Syndicat à députés provinciaux : Appuyez le « meilleur plan » pour les collèges de l’Ontario

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE                                                                       

Le 20 septembre 2017

Toronto – Les membres du personnel scolaire syndiqué des collèges de tout l’Ontario sont à Queen’s Park aujourd’hui pour demander aux députés provinciaux de soutenir leur « meilleur plan » pour les 24 collèges publics de la province. 

« Les collèges de l’Ontario se trouvent à un tournant critique », a déclaré J.P. Hornick, présidente de l’équipe de négociation du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) pour le personnel scolaire des collèges. « Nous travaillons de plus en plus avec les universités et offrons toujours plus de cours sanctionnés par un diplôme; pourtant, la direction des collèges continue d’ignorer le personnel scolaire dans les décisions qui ont affaire à l’éducation. Entre temps, nous offrons une éducation de pointe, même si 81 pour cent de cette éducation est donnée par du personnel scolaire contractuel sous-payé et sans aucune sécurité d’emploi. » 

« Les collèges ont désespérément besoin de moderniser la façon dont ils sont gouvernés et la façon dont ils traitent leur personnel scolaire », a-t-elle encore dit. « C’est de cela dont il s’agit dans cette ronde de négociations. »

Le SEFPO représente plus de 12 000 professeurs, instructeurs, conseillers et bibliothécaires dans les collèges. Leur convention collective expire le 30 septembre 2017.

Il est essentiel que Queen’s Park envisage d’augmenter son financement pour apporter plus d’équité à la façon dont les collèges traitent leur personnel scolaire, a déclaré Madame Hornick. 

« Dans son projet de loi 148, la province se propose de faire en sorte que les travailleurs à temps partiel et à contrat bénéficient eux aussi du principe « à travail égal salaire égal », et nous appuyons cette décision sans réserve. Mais il est évident qu’un tel changement coûte de l’argent, et dans les collèges, ce coût ne peut être pris en charge ni par le personnel scolaire ni par les étudiants. L’État doit intervenir en injectant de nouveaux fonds, tout comme on l’a vu à l'adoption de la Loi sur l'équité salariale, dans les années 1980. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a demandé à tous les députés provinciaux d’aider à mettre fin à une époque basée sur l'exploitation des travailleurs précaires, pas seulement dans les collèges, mais partout ailleurs.

« Les travailleurs de partout en ont marre des stratégies de main-d'œuvre à bon marché des employeurs », a-t-il dit. « Le personnel scolaire des collèges syndiqué par le SEFPO prend les devants et dit « Ça suffit! ». » 

- 30 -

Pour plus d'information : J.P. Hornick, 416-806-9526; Mona Chevalier, équipe de négociation du SEFPO pour le personnel scolaire des collèges (français)