Published on Dec 20, 2016

Relever les défis ensemble : Bulletin de négociation 2016 du personnel scolaire des collèges, numéro 1

Relever les défis ensemble

À la conférence de prénégociation d’octobre, les délégués ont élu les membres de l'équipe de négociation qui nous représenteront lors de la ronde à venir. Dans ce bulletin, vous trouverez une courte biographie de chaque membre, y compris des suppléants, afin que vous puissiez faire mieux connaissance avec les personnes qui vous représenteront à la table.

Nous avons un important défi devant nous. Depuis ces dernières années, le gouvernement continue de sous-financer les collèges publics. Un sous-financement qui met les collèges dans une situation précaire et qui a des répercussions sur la qualité de l'éducation. Les collèges diront qu’ils ont les mains liées et que leurs budgets souffrent du fait que le financement gouvernemental par étudiant en Ontario est le plus bas de toutes les provinces. Nous savons, cependant, que dans de nombreux cas, ces problèmes sont le résultat des décisions de l'administration, un fait que Darryl Bedford couvre dans son article, Toujours fauchés au moment de payer l’addition, qui figure dans ce numéro. Que ce soit le résultat d'un sous-financement du gouvernement ou des mauvaises décisions de l’administration, la réalité est que nous avons l’occasion, dans cette ronde de négociations, de défendre une éducation de qualité et de faire cesser la pratique actuelle qui consiste à équilibrer le budget sur le dos des étudiants.

L'un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés provient de la décision de l'administration d'embaucher un nombre croissant de membres du personnel scolaire par le truchement de contrats précaires. Des employés qui ne sont pas couverts par toutes les dispositions, ou dans de nombreux cas ne sont couverts par aucune disposition, de notre convention collective. À l’heure actuelle, 70 pour cent de l’ensemble des membres du personnel scolaire sont des travailleurs précaires. Il s’agit d’une situation injuste et inéquitable qui a des répercussions sur le personnel scolaire et les étudiants.

Dans nos prochains bulletins d'information, nous aborderons le travail précaire, ainsi que plusieurs autres défis auxquels nous sommes confrontés tels que la privatisation sur les campus, l’augmentation sans cesse croissante de l'apprentissage en ligne et l'absence de liberté académique dans les collèges. Nous publierons également des feuillets d’information contenant des renseignements sur ces questions afin de préparer les sections locales et les membres au processus d’établissement des revendications des sections locales.

Nous allons devoir relever un autre défi, mais ce défi est également une opportunité pour nous tous. Nous avons l’opportunité de changer notre situation, de remodeler l’environnement d'apprentissage dans nos collèges et de faire en sorte que les étudiants qui s'inscrivent dans le réseau collégial public actuel aient les mêmes chances que les étudiants qui s’y inscrivaient il y a cinquante ans. Nous le devons non seulement à nos étudiants, mais aussi à la population de la province qui dépend de tout ce que les diplômés ont à offrir.

En solidarité,

JP Hornick
Présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT

 

Que se passe-t-il ensuite?

 

Le cheminement des revendications du personnel scolaire jusqu’à la table de négociation

Étape 1 : la Conférence de prénégociation

Les 22 et 23 octobre derniers , les délégués des 24 collèges se sont réunis pour élire les membres de leur équipe de négociation, discuter des procédures de négociation collective et faire le point sur les divers défis que le secteur doit surmonter. Au cours de cette réunion, sept membres ont été élus à l'équipe de négociation, ainsi que de deux membres suppléants à titre de remplaçants, en cas de besoin.

Étape 2 : le sondage des membres

On demandera aux membres de remplir un sondage afin de cerner les enjeux communs dans l’ensemble de la province. Les résultats seront compilés et envoyés à l'équipe de négociation. L'équipe présentera ensuite les résultats à la réunion d'établissement des revendications des sections locales afin de faciliter la prise de décision.

Étape 3 : la réunion d'établissement des revendications des sections locales

Dans chaque collège, chaque section locale tiendra sa propre réunion d'établissement des revendications, où les membres du personnel scolaire auront la possibilité de proposer les modifications à apporter à la convention collective et de voter pour donner leur approbation. Pour nous, les membres du personnel scolaire, c'est l'occasion de faire des suggestions pour améliorer nos conditions de travail dans les collèges. Lors de la réunion provinciale d'établissement des revendications finales, les seules propositions qui seront prises en considération sont celles qui ont été faites par un membre du personnel scolaire et qui ont été adoptées par la section locale du syndicat.

Étape 4 : la réunion provinciale d'établissement des revendications finales

Les 4 et 5 mars, les délégués élus de chacun des 24 collèges se réuniront de nouveau, cette fois pour classer par ordre de priorité les revendications soumises par les sections locales et pour voter afin de choisir les revendications finales qui seront proposées. L’équipe de négociation présentera ces revendications à l'employeur à la table de négociation.

Étape 5 : la négociation collective

La première date à laquelle on peut envoyer l'avis de négociation est le 2 juillet. Par la suite, les équipes de négociation du syndicat et de l’employeur se réuniront pour négocier les modifications à apporter à la convention collective. La convention collective courante expire le 30 septembre 2017.

Faites connaissance avec votre équipe de négociation

Darryl Bedford

Selon les résultats d'une recherche sur Google, Darryl Bedford est un personnage fictif. Même si nous avons quelques doutes, nous pensons qu’il existe en chair et en os. Blague mise à part, Darryl est un réalisateur de logiciel et il enseigne depuis plus de 14 ans en tant que professeur de technologie de l'information au Collège Fanshawe, à London. Président de la section locale 110, il est également l’un de nos représentants au Conseil des fiduciaires du Régime de retraite des CAAT. Il fait aussi partie du comité provincial responsable de la collecte de données pour le Comité consultatif du Service d’information sur les négociations collectives (SINC) – une unité du ministère du Travail. Il a en outre été membre de notre équipe de négociation en 2014.

Mona Chevalier

Entièrement bilingue, Mona est conseillère à temps plein à La Cité collégiale depuis 2005, où elle occupe le poste de présidente de la section locale 470. Mona est psychologue agréée en Ontario et au Québec. Avant d'assumer le rôle de présidente, elle a été déléguée syndicale à La Cité et à l'Université d'Ottawa où elle a travaillé. À titre de déléguée syndicale, de psychologue et d’employée du gouvernement fédéral, elle a suivi des formations dans les domaines de la négociation et de la médiation. En plus de lancer et gérer de nombreux projets tout au long de sa carrière, Mona a également siégé à divers comités exécutifs, y compris pour les Conseillers et conseillères des collèges de l'Ontario (CCCO) (2012-aujourd’hui), l'Association canadienne de counselling et psychothérapie (ACCP) (2005-2009) et le Conseil collégial de La Cité (2006-2010) qu'elle a présidé de 2008 à 2010.

JP Hornick

JP Hornick est déléguée syndicale en chef de la section locale 556, coordonnatrice de la School of Labour au Collège George Brown. En plus d'enseigner des cours en études sociales et sur le travail, JP est également membre, vice-présidente et présidente de l’Exécutif divisionnaire du personnel scolaire des CAAT et déléguée à l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université. Elle a déjà été membre de l'équipe de négociation en 2012. JP travaille dans le réseau des collèges de l'Ontario depuis 1997, où elle a occupé un poste contractuel avant de devenir professeure à temps plein.

Kevin MacKay

Kevin MacKay est professeur de sociologie au Collège Mohawk depuis 2004. Actuellement vice-président de la section locale 240, où il a déjà occupé le poste d’agent des communications de la section locale. En 2013, Kevin avait contacté l’Exécutif divisionnaire du personnel scolaire des CAAT afin de contribuer à la mobilisation pour les négociations contractuelles de 2014. Durant l'année scolaire 2013-2014, il a travaillé pour le SEFPO à titre d’agent de campagne en charge de la Campagne pour une éducation de qualité. Dans ce rôle, Kevin a visité les 24 sections locales des collèges et rencontré les dirigeants des sections locales et les membres du personnel scolaire afin de parler des nombreux défis auxquels ils étaient confrontés. Le résultat de sa tournée et de son profond travail de recherche figurent dans le Rapport sur l'éducation dans les collèges de l'Ontario, qu’il a rédigé et qui a été publié en 2014. En 2014, Kevin s’est joint à l’Exécutif divisionnaire du personnel scolaire des CAAT en tant que vice-président. Au sein de l’Exécutif divisionnaire, il a également occupé le poste de président du sous-comité sur la propriété intellectuelle. Réélu vice-président de l’Exécutif divisionnaire en 2016, il a également été élu membre de l’équipe de négociation. Ardent défenseur de l'élargissement du rôle du personnel scolaire dans la gouvernance des collèges, Kevin a en outre joué un rôle déterminant dans la lutte du personnel scolaire pour la liberté académique, la protection de la propriété intellectuelle et l'augmentation du nombre d’employés à temps plein.

Shawn Pentecost

Coordonnateur et professeur au Collège Algonquin, Shawn est trésorier de la section locale 415. Il a également été membre de l’Exécutif divisionnaire du personnel scolaire des CAAT en 2015-2016. Il apporte une expertise précieuse à l'équipe de négociation dans les domaines de la communication interpersonnelle, de la dynamique de groupe et de la gestion des conflits. À titre d’activiste syndical, Shawn se bat pour les droits et principes syndicaux à la fois aux niveaux local et provincial depuis plus de 10 ans. Il est connu pour sa créativité dans la résolution de problèmes et la recherche de consensus – des qualités qui seront déterminantes tant au sein de l'équipe de négociation qu’à la table de négociation. Son expérience de près d’une décennie en tant que trésorier de la section locale sera également un atout précieux à la table de négociation. Shawn se réjouit de travailler avec les membres de l’équipe pour négocier avec ténacité le meilleur accord possible pour nos membres.

Ravi Ramkissoonsingh

Ravi enseigne dans le réseau collégial de l'Ontario depuis janvier 2003. Avant de devenir professeur à temps plein au Collège Niagara, à Welland, en août 2006, il a occupé un poste de professeur de psychologie à temps partiel, à charge partielle et engagé pour une période limitée au Collège Mohawk, à Hamilton, de 2003 à 2006. Vice-président de la section locale 242 du Collège Niagara depuis le printemps 2015, Ravi siège au sein du groupe de révision de la charge de travail du collège (GRCT), au Comité de stabilisation de l'emploi du collège (CSEC) depuis 2014 et au comité mixte syndicat-collège depuis septembre 2016. Il a hâte de faire partie de l’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT et de relever les défis de la prochaine ronde de négociations.

Nicole Zwiers

Professeure à temps plein, Nicole enseigne le droit au Collège Durham et est présidente de la section locale 354. Elle est avocate et membre en règle du Barreau du Haut-Canada. Ayant été déléguée syndicale, puis déléguée syndicale en chef, elle occupe depuis peu le poste de présidente de la section locale 354. Elle a travaillé en étroite collaboration avec l'Exécutif divisionnaire dans son rôle de coordonnatrice juridique des sections locales. Dans ce rôle, elle a créé la toute première convention collective annotée et électronique du personnel scolaire des CAAT – une ressource fort utile pour aider les sections locales à comprendre l’application de notre convention collective.  Enfin, Nicole est arbitre à temps partiel nommée par le gouverneur en conseil auprès du Tribunal de la sécurité sociale, qui prononce des décisions contraignantes concernant les appels en vertu du Régime de pensions du Canada (RPC) et d’autres questions connexes.

Suppléant(e)s :

Pam Johnson

Membre du personnel scolaire, Pam Johnson enseigne la représentation théâtrale au Collège George Brown (à temps partiel) depuis 1988 et au Collège Humber (à charge partielle) depuis 2000. Déléguée syndicale à Humber depuis 2006, elle siège au comité des communications et rédige régulièrement le bulletin d’information de la section locale. Elle représente sa section locale à titre de déléguée au Conseil du travail de Toronto et de la région York et au Conseil de district de la région du Grand Toronto et du SEFPO. Elle est également coordonnatrice de l’initiative Contract Faculty Forward, un projet qui a élé lancé pour obtenir de meilleures conditions de travail pour le personnel scolaire contractuel.

Edward Toivonen

Président de la section locale 655, Ed Toivonen, qui a servi à titre de délégué syndical depuis 2008, est suppléant à la fois à l'Exécutif divisionnaire et à l'équipe de négociation. Il est professeur de technique du génie civil et minier au Collège Cambrian depuis 2006. Avant de travailler au sein du personnel scolaire des CAAT, Ed a été technicien-spécialiste en génie minier et géologue pour les Mines Falconbridge Nickel Limitée de 1988 à 2006, où il a été délégué syndical pour la section locale 2020 et la section locale fusionnée 6855 du Syndicat des Métallos de 1991 à 2006, ainsi que délégué en chef (Mines) de 1999 à 2004. Ayant été membre des équipes de négociation des Métallos en 2001 et 2004, Ed possède une solide expérience en négociation collective. Il a également suivi plusieurs formations, notamment dans les domaines qui touchent à l’arbitrage, à l'arbitrage avancé, aux pourparlers avec l’employeur, au perfectionnement en leadership (niveaux I et II) et à la négociation collective avec le Syndicat des Métallos.

Toujours fauchés au moment de payer l’addition : décoder les messages de la direction

Par Darryl Bedford, section locale110 (Collège Fanshawe)

Avec les négociations à l’horizon, la direction va probablement nous envoyer des courriels concernant le processus budgétaire. Ce n'est pas une coïncidence si la direction envoie ces messages durant cette période.

En gros l'essentiel de ces messages consistera à dire que votre collège est dans le « rouge ». Cependant, il convient de savoir lire entre les lignes.

Il est vrai que le financement de la province n'est pas suffisant. Et sur ce point, le personnel scolaire et la direction sont d’accord. Nous vous invitons à lire la présentation du SEFPO sur la formule de financement des collèges : Tenue des comptes : l’accès, la voie et la cogouvernance comme clés à une nouvelle formule de financement des collèges.

Mais quand il est question d’argent, les collèges sont « toujours fauchés au moment de payer l’addition ». Si leur budget de fonctionnement est dans le rouge, c’est à cause des décisions prises par les administrateurs des collèges. Pourquoi? Il suffit de regarder aux quatre coins de la province pour s’apercevoir que d’énormes sommes d'argent sont dépensées pour financer :

  1. Un grand nombre de nouveaux et rutilants bâtiments. Pour financer la majeure partie de ces travaux de construction, les collèges ont dû transférer des fonds de leur budget de fonctionnement dans les projets d'immobilisations. C’est permis par le ministère, mais cela finit par oppresser les budgets de fonctionnement qui sont déjà lourdement grevés. Les coupures dans le budget de fonctionnement au profit des projets d’immobilisations expliquent pourquoi ils inaugurent autant de nouveaux bâtiments, mais aussi pourquoi ils embauchent seulement quelques nouvelles recrues, pourquoi ils n’ont embauché personne, ou pire encore, pourquoi ils ont effectué des compressions dans le personnel scolaire.

  2. Davantage d'administrateurs à temps plein. D’après le Conseil des employeurs des collèges (CEC), le nombre d'administrateurs à temps plein a augmenté, passant de 1 595 en 2002-2003 à 2 825 en 2015-2016, soit une augmentation totale de 77 pour cent. Leur nombre ayant même doublé dans certains collèges. De plus, ces chiffres n'incluent pas les consultants et les gestionnaires retraités qui sont régulièrement engagés.

  3. Les augmentations salariales des administrateurs. Grâce aux informations publiées par la Loi sur la divulgation des traitements dans le secteur public (la Sunshine List), vous savez certainement que les gestionnaires ont reçu d’importantes augmentations salariales au fil des ans. Mais vous ne connaissez peut-être pas le fin mot de l’histoire. Le Conseil des employeurs des collèges et plusieurs autres entités liées aux collèges estiment à tort qu'ils sont exemptés de la loi et ne publient pas leurs salaires.

  4. Des avantages supplémentaires pour les administrateurs. Les gestionnaires qui gagnent plus que la limite prévue par la Loi de l'impôt sur le revenu (LIR), actuellement de 160 970 $, bénéficient d’une retraite supplémentaire qu’on appelle un Régime compensatoire et qui s’ajoute aux prestations du Régime de retraite des CAAT. Contrairement au Régime des CAAT, où tous les risques et les coûts sont partagés, le mécanisme de leur Régime compensatoire n'est pas conçu pour être entièrement financé et tout manque à gagner est de la responsabilité de l'employeur. En date d'aujourd'hui, les employeurs contribuent 44,4 pour cent du salaire au-dessus de la limite permise par la LIR à leur Régime compensatoire. (Par exemple, lorsqu’un président de collège gagne 300 000 $/an, le collège verse 61 729 $/an au Régime compensatoire pendant la durée de son emploi. Et nous ne mentionnons pas ici ce que le collège doit lui payer durant toute sa retraite.)

La direction ne vous donnera jamais les quatre explications suivantes dans ses communications. Avant les négociations collectives, et tout au long de ces négociations en 2017, soyez attentifs aux messages suivants. Nous les avons déjà entendus et nous allons les entendre à nouveau dans nos collèges :

  • « Nous appelons chacune et chacun d'entre vous à faire preuve d’innovation. » En vous demandant de faire preuve d’innovation, la direction vous demande de lui dire où il faut faire des compressions. C'est un moyen commode de couper l’herbe sous les pieds à toute personne qui voudrait critiquer les coupes. Ensuite, la direction peut simplement dire que le personnel scolaire était d'accord avec les changements. En tant que membres du personnel scolaire, nous devons constamment promouvoir les initiatives qui ont pour objectif d’améliorer l'éducation de qualité que nous procurons à nos étudiants.

  • « Nous devons moderniser notre programme d’assurance collective. » Une formulation qui a déjà été mise de l'avant par le Conseil des employeurs des collèges et les conseils d'administration des collèges. Comme vous pouvez probablement le deviner, par « moderniser », ils veulent dire « comprimer ». D'après ce que le Conseil des employeurs des collèges avait présenté à la table des négociations en 2014, vous pouvez vous attendre à un système « prenez vos jours de congés de maladie ou perdez-les ».

  • « Nous devons faire preuve de plus de souplesse. » Il s’agit d’une excuse pour embaucher davantage de membres du personnel scolaire à des postes précaires – environ 70 pour cent du réseau de nos jours. Une telle souplesse est-elle vraiment nécessaire? Grâce au Service d'admission des collèges de l'Ontario (OCAS), les projections sont plutôt solides. Par l’entremise d’OCAS, les collèges connaissent à l’avance les niveaux d’inscription; ils savent combien de sections ils peuvent se permettre d'offrir à la rentrée.

  • « Nous avons le plaisir de procurer des améliorations à notre personnel scolaire. » Dans le passé, nous avons obtenu des augmentations salariales modestes liées à des accords qui contenaient des traquenards. Attention aux propositions de la direction qui sont tout simplement trop belles pour être vraies. Prenons par exemple la proposition de 2014 sur les heures supplémentaires illimitées. Bien que cela ait pu sembler comme une excellente occasion de gagner un peu d'argent supplémentaire à certains membres du personnel scolaire à temps plein, cette proposition aurait réduit l’offre de travail pour les membres à charge partielle, ainsi que pour d’autres membres à temps plein. Ce qui aurait pu entraîner des mises à pied. De plus, certains membres du personnel scolaire auraient pu se sentir contraints de donner leur consentement à faire des heures supplémentaires et à sacrifier leur vie familiale.

Peut-être que la meilleure stratégie pour lire les missives de la direction est d'appliquer le même esprit critique que nous enseignons à nos étudiants! Qu’est-ce que la direction veut vraiment nous dire? La direction essaye-t-elle de nous cacher quelque chose? Quelle est la véritable intention de la direction?

Nous ne pouvons pas contrôler les communications de la direction, mais à titre de personnel scolaire des collèges, nous pouvons lutter pour ce qui est juste. Nous pouvons lutter pour la qualité de l'éducation, la liberté académique, la gouvernance collégiale et l'équité pour les employés contractuels. Voilà les messages qui seront envoyés par votre équipe de négociation du personnel scolaire dans les mois à venir.

Pour communiquer avec votre équipe de négociation 2017, veuillez envoyer votre courriel à : bargaining2017@gmail.com.
Rejoignez-nous sur Facebook à : www.facebook.com/OntarioCollegeFaculty.
Suivez-nous sur Twitter à : @CAATfaculty

Distribution autorisée par Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO et JP Hornick, présidente de l'équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT.

Fichier attaché

Télécharger le bulletin de négociation du personnel scolaire des CAAT, numéro 1 (FRANÇAIS)