Published on Jan 28, 2016

Réécrire l'histoire ne réglera pas l'avenir des collèges, selon le président du SEFPO

TORONTO – La première ministre Kathleen Wynne semble faire marche arrière à propos sa déclaration que le gouvernement ne savait pas que les campus des collèges de l'Ontario en Arabie saoudite étaient réservés aux hommes.  Lors d'une conférence presse mardi dernier, Wynne a dit qu'on lui a expliqué « clairement » dans les discussions initiales, que le campus du Collège Algonquin à Jazan offrirait des programmes aux femmes, mais que « cela n’a pas fonctionné. ».

La dernière version des faits provenant de la première ministre semble contredire le ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Reza Moridi, qui a dit que la responsabilité de la province était d'approuver les plans financiers pour les campus en Arabie saoudite, mais qu’il incombe aux collèges de déterminer les personnes admises.

« Nous voyons une lacune dans le processus entre les parties qui a été laissée pour aux conseils d'administration dans les collèges d'approuver et à d’autres parties du côté du gouvernement d'approuver, » a-t-il dit.  « Nous voulons parler aux responsables du secteur pour vous assurer que cette lacune est bien comblée. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, considère cette manœuvre des libéraux un fiasco total. « Même s’il y avait discussion d’un campus pour les femmes, il n'y avait pas de suivi.  Ou la composition du collège n'a pas fait l’objet de discussion et personne n'a pensé à poser la question.  Ou peut-être personne n’a fait de souci, tant que le collège fait de l'argent.  En tout cas, il y avait un manque honteux de la responsabilité et de la reddition de comptes de la part du gouvernement. »

Thomas a continué à se concentrer sur ce qu'il considère comme le cœur du sujet : le sous-financement chronique des collèges communautaires.

« Au lieu d’essayer encore une fois de cacher la vérité : le gouvernement veut délester sa charge au secteur privé, pourquoi les libéraux ne détiennent-ils pas à leur obligation d’assurer un financement adéquat, stable et à long terme à nos collèges ?  Le système des collèges communautaires a été créé pour préparer les citoyens de l'Ontario pour de bons emplois spécialisés qui apportent de l'investissement et de la prospérité à notre province. Laissez les collèges la profession dans laquelle ils excellent, et la spéculation à la rue Bay. »

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas
613-329-1931