Published on Nov 20, 2017

Les travailleurs ont besoin d’un NPD solide pour s’attaquer aux effets de l’emploi précaire

TORONTO – Les événements qui ont eu lieu à Queen’s Park cette semaine nous ont montré à quel point il est important d’avoir un Nouveau Parti démocratique solide pour appuyer le mouvement syndical dans sa lutte contre le travail précaire en Ontario, selon le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).

 

« La grève du personnel scolaire des collèges, à laquelle le gouvernement libéral vient de mettre fin en adoptant une loi forçant le retour au travail, met le problème des contractuels mal rémunérés à l’avant-plan de l’ordre du jour public », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « On se battait pour les travailleurs précaires d’aujourd’hui et pour tous les travailleurs de demain, dans les collèges et ailleurs, qui rêvent d’avoir un bon emploi, qui leur permettrait d’avoir une vie agréable. »

« Malheureusement, moins de la moitié des membres du caucus libéral ont pris la peine d’assister au débat qui a eu lieu ce weekend à Queen’s Park », a-t-il dit. « Par contre, les membres du NPD étaient là en grand nombre. »

Selon Monsieur Thomas, les libéraux ont « montré leur vrai visage » en adoptant une loi qui contraint plus de 12 000 professeurs, instructeurs, conseillers et bibliothécaires des collèges de la province à retourner au travail.

« Les libéraux ont laissé traîner la grève jusqu’à ce qu’ils puissent justifier cette loi devant le tribunal de l’opinion publique », a-t-il encore dit. « En le faisant, ils sont tombés en plein dans le piège du Conseil des employeurs des collèges, qui visait cette loi, plutôt que la négociation, depuis le début. »

« Si la première ministre Kathleen Wynne s’était montrée proactive dans ce dossier, elle aurait ordonné aux collèges de passer à l'action plusieurs semaines plus tôt afin de mettre fin à la stratégie de main-d'œuvre sous-payée qui nuit tant au personnel scolaire qu’aux étudiants », a-t-il déclaré. « Au lieu de ça, elle a permis aux collèges de faire des pieds de nez aux étudiants, au personnel scolaire, à la négociation collective et même à son propre gouvernement. »

Selon Monsieur Thomas, les dirigeants syndicaux qui envisagent de soutenir les libéraux aux prochaines élections provinciales font une erreur.

« Ceux qui pensent que les libéraux sont du côté des travailleurs parce qu’ils ont adopté le projet de loi 148, ou Loi de 2017 pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, devraient se souvenir que ce ne sont pas seulement les travailleurs et le militantisme communautaire qui ont poussé les libéraux à introduire ce projet de loi », a-t-il encore dit. « L’option très réelle qu’offrait le NPD aux urnes est tout aussi importante. »

« Si en tant que mouvement syndical nous n’appuyons pas fermement le NPD, nous perdons alors une grande partie des éléments que nous pouvons exploiter pour induire le changement », a mentionné Monsieur Thomas.

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931