Published on Jan 05, 2016

Le président du SEFPO demande au Collège Algonquin de quitter l’Arabie saoudite

(TORONTO) – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a de nouveau remis en question la présence du Collège Algonquin en Arabie saoudite par suite de l’exécution au royaume 47 prisonniers le 2 janvier, y compris un clerc qui a mené des manifestations contre les violations des droits de l’homme.

« Le 12 mars dernier, j’ai écrit à la première ministre Wynne pour lui demander pourquoi le Collège Algonquin se sert des dollars des contribuables pour faire installer un campus pour les riches en Arabie saoudite, » a déclaré Thomas.  « Je n’ai toujours pas eu de réponse.

« Cette fois-ci, Kathleen Wynne ne peut pas se cacher derrière le mur.  L’exécution en masse elle-même demande une réponse sans équivoque.  Au moins un homme a été exécuté pour avoir protesté pacifiquement contre le mépris de l’Arabie saoudite pour les droits humains fondamentaux.

« La population de l’Ontario n’acceptera pas que le gouvernement provincial fasse affaire avec un violateur notoire des droits de l’homme. »

Jack Wilson, vice-président de la section locale 415 du SEFPO et professeur au Collège Algonquin, a dit que la présence du collège en Arabie saoudite est tout à fait inacceptable, et il a également précisé le rôle du gouvernement provincial.  « En raison du sous-financement chronique, les collèges sont obligés d'aller ailleurs pour chercher d’autres sources de fonds.  Ils font face à des pressions importantes de l’augmentation des inscriptions et une économie en évolution rapide, mais le gouvernement les ignore carrément. »

Thomas a dit les collèges de l’Ontario ne devraient pas être confrontés à ce genre de situation précaire.  « Ils font une contribution importante à l’économie de l'Ontario.  Ils offrent les compétences spécialisées que cherchent les employeurs d’aujourd’hui et encouragent de nouveaux investissements dans la province.

« Le Collège Algonquin doit quitter l’Arabie saoudite, et les libéraux doivent donner aux collèges des moyens pour faire leur travail : assurer la qualité de l’éducation postsecondaire pour de bons emplois et pour la prospérité de la province. »

Renseignements :

Jack Wilson
613-727-4723, poste 7716