Published on Nov 02, 2016

Le personnel scolaire soutient la lutte des étudiants pour une éducation accessible, de qualité

Le personnel scolaire des collèges de l'Ontario, représenté par le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) appuie la Journée nationale d'action de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants (FCEE) qui vise à garder les collèges et les universités publics et accessibles à tous.

« Le personnel scolaire se préoccupe profondément de la qualité de l'éducation face aux compressions budgétaires et à la privatisation progressive, » a déclaré RM Kennedy, président de la Division du personnel scolaire du SEFPO. « Nous sommes d'accord avec la FCEE pour souligner la nécessité d'un financement gouvernemental adéquat. Autrement, nous voyons les administrateurs des collèges qui cherchent à réduire les budgets en remplaçant les heures de contact d’enseignement par l'apprentissage autodirigé. Dans d'autres cas, les professeurs sont de plus en plus marginalisés par rapport à la prise de décision pédagogique, les administrateurs décidant unilatéralement de la façon dont les cours doivent être dispensés et même des notes qui doivent être attribuées.

« Sans la liberté académique, et un rôle protégé pour les professeurs dans la prise de décision pédagogique, nous voyons trop de décisions prises en fonction de ce qui est le mieux pour les budgets, plutôt que ce qui est mieux pour les étudiants. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a dit que la campagne de la FCEE est importante parce qu'elle relève directement le défi à propos du sous-financement des collèges. La campagne engage les étudiants et les membres de la communauté à sauver le système en tant que système ouvert, accessible, public qu'il était destiné à être, dit-il.

« L'Ontario a la distinction douteuse de fournir le financement collégial par étudiant le moins élevé d'une province, » a déclaré Thomas. « Cette situation doit changer. Les collèges jouent un rôle important dans l'accès à l'éducation, en particulier pour les groupes marginalisés qui sont sous-représentés dans l'enseignement supérieur depuis trop longtemps.

« Malheureusement, qu'il s'agisse de l'utilisation croissante du personnel scolaire contractuel et peu rémunérés ou de la décision de traiter la formation de McDonald comme équivalente à l’enseignement collégial, ce sont les étudiants qui paient le prix d'un système sous-financé. »

Dans une lettre envoyée au président de la FCEE, Bilan Arte, au début du mois, Thomas a félicité vivement la FCEE pour son leadership continu et a promis de continuer à soutenir les étudiants : « Ensemble, nous construirons une société meilleure, où une éducation publique de qualité est accessible à tous. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931