Published on Nov 18, 2017

Chères étudiantes, chers étudiants,

Nous comprenons que ces cinq dernières semaines ont été très difficiles pour vous, comme elles l’ont été pour nous. Sachez que nous aurions préféré être en classe avec vous. 

Nous sommes heureux d’être de retour au travail auprès de vous. Parce que votre réussite nous tient à coeur, nous ferons ce qui est nécessaire pour sauver la session. 

Nous voulons clarifier les raisons pour lesquelles le personnel scolaire a fait grève. Aucun travailleur ne se met en grève sans une bonne raison et les membres du personnel scolaire des collèges, qui sont passionnés par leur travail et par l’éducation, ne font pas exception. Si le Conseil des employeurs des collèges avait été disposé à négocier sur les enjeux importants que nous avons soulevés, nous aurions pu rapidement conclure une entente sans manquer un seul jour de classe. Ce n’est malheureusement pas ce qui est arrivé, et nous nous sommes retrouvés devant un choix difficile : soit laisser le réseau collégial décliner inexorablement, soit défendre notre position. 

Les membres du personnel scolaire se sont mis en grève parce qu’ils sont convaincus que leurs étudiants devraient recevoir la meilleure éducation possible. Quand les professeurs, les instructeurs, les conseillers et les bibliothécaires n’ont pas la possibilité de déterminer les normes académiques dans leurs cours et programmes, ce sont les étudiants qui en paient le prix. 

Nous avons également fait grève parce qu’un système, dont plus de 70 pour cent des membres du personnel scolaire sont des travailleurs précaires, n’est pas soutenable. Cette situation est mauvaise tant pour le personnel scolaire que pour les étudiants. Nous avons besoin de davantage de professeurs à temps plein dans les salles de classe afin qu’ils aient le temps de soutenir votre apprentissage. 

Enfin, nous nous sommes battus contre l’idée que le seul avenir que les étudiants puissent espérer une fois leur diplôme en poche est une vie de précarité, une vie à temps partiel, une vie faite « de petits boulots ». Nous nous sommes battus pour que les générations futures puissent avoir accès à un emploi à temps plein. Nous nous sommes battus parce que vous méritez mieux, à l’instar de votre personnel scolaire. 

Le personnel scolaire n’a pas fait grève pour obtenir davantage d’argent. Chaque membre du personnel scolaire a perdu des milliers de dollars dans cette grève – une somme que nous ne nous attendons pas à récupérer. Dans cette optique, nous tenons également à clarifier les déclarations faites par le Conseil des employeurs des collèges, le 16 novembre. Lorsque le syndicat a tenté de parvenir à un règlement avec l’aide du gouvernement provincial, il a demandé une compensation pour le salaire perdu pendant les deux semaines de grève supplémentaires qui ont été imposées par le Conseil des employeurs des collèges pour organiser un scrutin forcé sur son offre. Le Conseil des employeurs des collèges a sauté sur l’occasion pour dépeindre notre demande aussi négativement que possible, dire que c’était un bonus et affirmer que cet argent viendrait du fonds de secours mis en place pour les étudiants. C’est tout simplement faux. 

Nous comprenons que certains étudiants soient en désaccord avec le mouvement du personnel scolaire. Vous avez été pris au milieu d’un conflit entre deux visions divergentes de notre enseignement postsecondaire, et de notre économie, pour les années à venir. Il s’agissait d’une lutte pour l’avenir, pour votre avenir. Nous avons hâte de travailler avec vous pour faire en sorte qu’il soit le plus radieux possible et assurer votre réussite future. 

Très cordialement, 

Votre personnel scolaire des collèges